5 conseils pour vivre un beau Noël…sans angoisses

5 conseils pour vivre un beau Noël…sans angoisses

1 Par

A une époque de ma vie, chaque fois que les fêtes de fin d’années commençaient à poindre le bout de leur nez, une angoisse lancinante commençait à s’installer en moi. C’était inévitable.
J’appréhendais ces fêtes comme un moment désagréable à passer avec les membres de ma famille, mais comme on dit on ne choisit pas sa famille donc il me fallait faire avec.

Mais une fois de plus la Vie allait m’offrir un de ces magnifique cadeau comme elle sait si bien le faire et à qui sait l’apprécier à sa juste valeur.
Elle allait ainsi m’offrir non seulement le bonheur d’avoir un fils qui naîtra un premier janvier et qui plus est de l’année deux mille, mais également la chance de pouvoir changer une fois de plus mon regard sur ma Vie.


Personnellement, je n’avais pas envie de passer Noël avec des personnes qui ne m’estimaient pas vraiment, qui s’arrangeaient pour quasiment m’ignorer ou me lancer des piques concernant ma situation professionnelle qui était précaire, voire au point mort.
J’étais marié depuis peu et je passais cette journée avec ma belle-famille, ou plus précisément mes beaux-parents, qui à cette époque me considéraient plutôt comme un cheveu dans la soupe.

Je ne correspondais pas à leurs critères pour mériter leur fille, être à leur table.

Mais malgré tout, au fond de moi, j’étais bien content de les trouver puisque j’étais aussi en froid avec mes parents. Par conséquent, je finissais par apprécier ces petits moments de convivialité familiaux, même si cela ne correspondait pas aux Noël que j’avais vécus jusque-là.

C’est surtout lorsque mon fils ainé vint au monde que ça a changé toute ma vie, ma conception du monde et par la même occasion mon état d’esprit sur les fêtes de fin d’année.

J’étais ainsi rentré dans un cheminement intérieur qui allait me conduire très loin sur la route de la découverte de mon moi profond et j’allais justement redonner du sens à ma vie et à tout ce qui l’animait.

=> POUR ALLER PLUS LOIN : Comment j’ai transformé ma vie en acceptant mon passé ? (2e partie – mes solutions)

Sur cette route j’ai découvert un secret fabuleux, j’ai découvert que ce n’était pas les autres le problème mais uniquement moi. J’avais ainsi trouvé une précieuse clé qui allait faire de Noël un véritable moment magique. J’avais retrouvé l’esprit de Noël de mon enfance parce que j’avais appris à accepter les autres tel qu’ils étaient, et surtout à apprécier l’instant présent.

Mais combien d’autres personnes appréhendent Noël parce que c’est le seul événement de l’année où on est presque obligé de le passer en famille ?
Beaucoup, voir trop.

Pour ceux-là Noel est un cauchemar parce qu’elle fait revivre des émotions douloureuses enfouies au fond de nous.
Nos parents qui bien qu’ils aient fait pour la plupart du mieux qu’ils pouvaient, n’ont pas été parfait, et cette fête est un moment qui nous fait justement revivre ces scènes du passé que l’on considère imparfaite : le frangin toujours chouchouté par maman, le père qui n’est jamais satisfait de ce que tu dis, maman qui aime te faire culpabiliser parce que c’est la meilleure maman du monde et pas ta conjointe…

Enfin bref, un magnifique retour vers le passé chargé d’émotions pas franchement agréables qu’on n’a pas envie de revivre, surtout lorsqu’on est devenu un adulte donc une autre personne.

Alors si tu veux éviter de revivre ces événements douloureux et passer un véritable moment magique, voici mes conseils qui te permettront de ne plus angoisser à Noël et surtout de passer un moment privilégié avec ceux que tu aimes mais également avec ceux que tu aimes …moins.

  • Si tu n’aimes pas Noël, c’est parce que tu ne t’aimes pas assez.

As-tu déjà pensé à ça ? ça parait saugrenu mais c’est pourtant vrai. Si tu n’aimes pas passer ce moment-là avec ta famille c’est parce que tu n’as pas une bonne estime de toi-même.

Peut-être penses-tu que tu ne mérites pas d’être avec des personnes qui t’apprécient parce que toi-même tu ne t’apprécies déjà pas ?
Pourtant la base de tout est de s’aimer afin de pouvoir aussi aimer les autres. Lorsque tu t’apprécies pour ce que tu es, tu sais aussi accepter ce que notre société considère être des défauts. Cependant tes défauts sont également ce qui représentent ta personnalité et même ton charisme.
En effet tu es peut-être également dur avec les autres parce que tu estimes qu’ils ne te considèrent pas assez comme tu le souhaites.

Mais si tu arrives à t’accepter, tu sauras aussi accepter l’autre pour ce qu’il est et donc à l’aimer tel qu’il est, sans rien attendre en retour, pas même de la reconnaissance.

=> POUR MIEUX COMPRENDRE : Kaizen (2e partie)–Le besoin de reconnaissance

Ajoutons à cela que c’est également une superbe opportunité pour faire une introspection : En apprenant à accepter l’autre, tu apprendras à accepter ce que tu n’aimes pas en toi puisque ce que te renvoie l’autre est le reflet de ce qui se passe en toi. On appelle cela l’effet miroir.

À partir de là, tu commenceras à ressentir la véritable magie de Noël opérer en toi, puisque tu sauras ainsi trouver ta place et faire abstraction de tout ce qui t’énervait chez l’autre, même ces petites piques que tu ne remarqueras alors même plus.

Noël deviendra par conséquent un magnifique moment de fraternité, de bien-être et de tolérance. Tu vivras le véritable esprit de Noël.

=> EN COMPLÉMENT DE CET ARTICLE : L’effet miroir

  • Centre-toi en ton cœur afin de rayonner sur ceux que tu aimes

Et oui l’un des grands secrets pour être soi-même en toute situation et se sentir bien, est de se centrer en son cœur. Le cœur étant le siège de ton âme, de ta véritable personnalité qui est amour, tu seras ainsi baigné par cet état de plénitude et de bien-être permanent.

=> CLIQUEZ ICI POUR SAVOIR BIEN UTILISER LE POUVOIR DU CŒUR

Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire tellement le mental qui a souvent tendance à juger nous dirige, mais il faut s’efforcer de le faire et pour cela rien ne vaut l’entrainement.
Alors tous à vos exercices de méditation !

  • Pose des règles !
Résultat de recherche d'images pour "règles de vie"

Ça parait absurde comme ça mais le fait de poser des règles de bonne conduite permettra de passer un bon moment en famille même avec les plus sarcastiques étant donné que désormais tout le monde les connait.
Il existe toujours dans une famille des dissensions car nul n’est parfait. Or là ce n’est pas un repas de famille comme les autres puisque c’est celui qui permet de fraterniser le mieux en ayant une pensée pour ceux qui ne peuvent avoir cette chance.
Annoncer à tout le monde, même de façon ironique, que c’est un moment de fête merveilleux, donc sans vannes douteuses, permettra d’installer la soirée sous les meilleurs auspices.
Et puis celui qui ne jouera pas le jeu n’aura pas de cadeau !

=> EN COMPLÉMENT : Comment communiquer efficacement… surtout lorsque l’on est en colère ?

  • Vide ton sac !

Il arrive un moment ou après quelques apéros, verres de vin et de champagne, la coupe est pleine.
Ras le bol d’entendre la frangine entrain de faire la compétition avec celle qui possède la plus belle maison, le tonton qui se vante d’avoir la plus grosse…des voitures, de papa qui te reproche de ne pas avoir suivi ces sages conseils en poursuivant tes études comme lui le voulait, de maman qui compare sa cuisine à celle de ton épouse… Ca a toujours été ainsi mais là ça suffit, tu leurs dit d’aller se faire voir ailleurs et là c’est la catastrophe.

La famille vient d’exploser et c’est surtout le lendemain que tu vas t’en vouloir d’avoir peut-être été trop loin quand tu te souviens que tu as aussi avoué à tonton Michel que tata s’envoyait en l’air avec tonton Albert.

=> EN COMPLÉMENT : Comment le respect des autres peut changer la vie

Donc le mieux pour éviter ce genre de situation est de faire un petit travail d’introspection avant la soirée et de voir ce que tu peux reprocher à chacune de ces personnes.
Pour cela fait une liste et décrit ce que tu ressens envers chaque personne puis ferme les yeux et exprime ce que tu ressens.
Cela te permettra d’avoir déjà libéré un peu de rancune, d’émotions négatives que l’alcool ne se gênera pas de libérer au meilleur moment de la soirée.

  • Et puis zut ! je n’y vais pas !

Bon si vraiment tu n’as pas la force de les supporter et ben c’est tout simple : n’y vas pas.

Alors du coup, tu leur dis quoi ? que tu es malade ou que tu préfères célébrer autrement cette fête, ou bien de ne pas la fêter au risque de peut-être décevoir tes parents, voire de les attrister ?

Là, pour le coup, ce n’est pas moi qui vais te donner le meilleur conseil, car c’est une terrible décision à prendre qui demande du courage et de la franchise. Ce qui n’est pas simple quand on aime tout de même sa famille et qu’ils te le font bien sentir. Merci la culpabilité !

=> POUR ALLER PLUS LOIN : le pardon

Alors, si vraiment tu as choisi cette option, eh bien pour soulager un peu ta conscience, pourquoi ne pas fêter Noël avec des personnes qui en ont vraiment besoin ?

Des personnes seules ou bien démunies ? Bien sûr, il ne faut pas le faire uniquement par bonne conscience mais surtout pour faire de ce jour un moment exceptionnel, où ceux et celles avec qui tu partageras ce moment, donneront une valeur que beaucoup d’entre nous avons peut-être perdue ces dernières années.

=> EN COMPLEMENT DE CET ARTICLE : Comment vivre pleinement l’esprit de Noël pour transformer notre monde

Un moment unique où la seule magie est celle que ton cœur offrira parce qu’aucun cadeau ne saura apporter l’amour à ceux que tu acceptes tels qu’ils sont.

De tout mon cœur, je te souhaite un merveilleux Noël avec ceux que ton cœur porte…

Et si tu penses que cet article peux aider quelqu’un de ton entourage, offre-le à quelqu’un que tu considères être spécial dans ta vie… et n’oublie pas de me laisser un petit commentaire…

Paul

Pour terminer cette belle année, n’oublie pas de télécharger gratuitement ce cadeau : “Le petit guide du jardinier du bien-être” qui te donnera 10 conseils afin de profiter pleinement de ta vie. 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 57
    Partages