Mon défi

5S (2ème partie) – Conscience et inconscience.

Voilà, les vacances sont terminées et après un long voyage de 19 heures sur les routes ibériques et françaises me voici revenu, frais, prêt et disponible pour reprendre le cycle “normal” de la vie.

J’avoue que ce n’est pas sans tristesse que j’ ai quitté ma famille du Portugal, mais ma vie est ici. J’ai bien profité des vacances pour faire le point sur cette saison passée et réfléchir à de nouveaux projets mais surtout à ce que je devais faire progresser dans ma vie.

Maintenant, il n’ est pas facile de me réadapter au climat français que je qualifierais de plus “doux”, mais surtout au rythme de vie, vu qu’en plus c’est la rentrée.

Jusqu’ici, le travail fait dans le cadre de mon défi, m’avait permis de gérer le peu de stress ou d’émotions négatives que j’avais en vacances. Ce n’était pas vraiment parlant puisque j’étais dans de bonnes conditions pour pouvoir le faire.

Hors, ici, c’est différent. J’ai repris tranquillement le travail il y a maintenant une semaine, que  déjà le stress pointe le bout de son nez. Les horaires et les tracas de la vie d’un représentant du personnel font que vous vous remettez vite dans le bain.

Les émotions reprenant ainsi leur bal incessant et l’horloge  biologique du corps déréglés par des vacances sans horaires ont besoin d’une réorganisation efficace, afin que je sois dans les conditions optimales pour passer cette nouvelle saison sans trop de tracas.

C’est donc, à partir de maintenant, que nous allons pouvoir savoir si le Lean peut véritablement m’aider à optimiser mon bien-être.

 

S de Seinton

Dans mon dernier article, nous avons vu que la méthode du 5S avec le premier S de seiri, s’avérait efficace pour supprimer les croyances inutiles qui généraient du stress.

Dans celui-ci, nous allons donc passer aujourd’hui, au second S de Seinton, pour situer.

Dans l’industrie, cette méthode permet de disposer les objets utiles de manière fonctionnelle en les rangeant afin de réduire les recherches inutiles pouvant faire perdre du temps inutile à l’opérateur.

Il s’agit alors de donner un nom et une place bien définie aux outils, objets, matériaux et même de créer des accessoires et supports permettant de les trouver rapidement.

Une fois que tout ceci est réalisé, il faudra définir des règles de rangement et d’utilisation des outils.

Maintenant, je vais tenter une nouvelle fois d’utiliser cette méthode pour optimiser mon bien-être, c’est-à-dire gérer mon stress.

En repartant de ce que j’ai réaliser dans mon dernier article, c’est à dire des croyances limitantes qui me stressaient, je vais utiliser cette méthode de rangement pour mes croyances limitantes.

Je vais donc reprendre l’item 3, vu précédemment : “ je suis angoissé de reprendre mon travail.”

Rappel :

Je suis angoissé de reprendre mon travail car je m’ ennui sur ma machine et ça me fatigue beaucoup de travailler à 4h45 du matin.t

Nous avons ici deux problématiques que sont l’ennui sur ma machine et le lever à 4h45. Je vais prendre le fait de me lever à 4h45 du matin pour réaliser mon expérience.

Cependant, je vais donner quelques précisions sur le contexte afin de mieux comprendre la situation.

Contexte de la situation

Comme presque tout le monde, je suis heureux en fin de semaine qu’arrive le weekend. Il se passe donc généralement bien, sauf lorsqu’ approche l’heure fatidique d’aller me coucher le dimanche soir. Arrivé à cette heure, j’angoisse, c’est plus fort que moi. Je viens de passer une semaine de travail posté de l’après-midi et auquel je m’étais à peine habitué, mais voilà que je dois repasser à la semaine du matin.

Il est désormais intéressant pour aller plus loin, de savoir si cette angoisse est une croyance limitante, c’est-à-dire, si elle est vraiment fondée ou non. Pour cela, je vais utiliser la méthode des 5P.

Analyse :

Pourquoi suis-je si angoissé de travailler à 4h45 du matin ? parce que c’est trop fatigant.

Pourquoi est-ce si fatigant? parce que je ne dors que 4 heures par nuit et à peine une heure l’après-midi pour ensuite aller récupérer mon fils à l’école. Je ne récupère donc pas.

Pourquoi j’estime ne pas récupérer suffisamment  l’après-midi? Parce que je reste encore fatigué après cette sieste. Cette fatigue me rend encore plus sensible que je ne le suis déjà aux stimulus extérieurs. Mes émotions sont alors encore plus intenses ,ce qui accentuent mon stress et ma fatigue.

J’ai ici bien cerné la problématique. On note bien qu’il y a une réelle réaction physique négative sur ma santé donc on peut en déduire que ce n’est pas une croyance limitante.

Etant donné que le Lean est une méthode très structurée, je vais essayer de faire en sorte à ce que ce développement le soit aussi.

Pour cela, je vais établir une fiche et reprendre les attributs du Seiton.

émotions en vrac

Transposition de la méthode au bien-être

  • Nommé

Le S de Seiton, demande à ce que nous donnions un nom aux outils, matériaux ou objets. Je vais donc commencer ici par donner un nom à cette croyance. Je la nommerai donc “Matina Lundi”.

Oui, ça parait bizarre mais le fait de mette un nom sur une peur ou une croyance permet de lui donner une identité afin de mieux  la déceler quand elle se manifeste.

  • Schématiser

Maintenant pour la ranger, il lui faut un support pour que je puisse la voir physiquement. Je vais donc prendre une feuille et y inscrire son nom en titre. Puis je vais lui donner une forme en la dessinant et en suivant ce que dicte mon émotion, donc sans vraiment réfléchir. Ca peut-être une forme ne ressemblant à rien ou quelque chose de précis. C’est comme ça vient. Faites le donc pas trop grand pour laisser de la place pour écrire en-dessous.

Cette forme va me permettre de renforcer son identité et m’aidera ainsi à mieux la contrôler comme nous le verrons au fur et à mesure de mon défi.

  • Décrire

Ensuite, je vais y inscrire une description et pour que celle-ci soit la plus précise possible, je vais utiliser la méthode QOQCP (quand, ou, qui, comment, pourquoi). Ca donne donc ceci :

“Le dimanche soir, parce que je vais travailler le lendemain à l’usine  à partir de 4h45 du matin. Je n’arrive pas à m’endormir car j’ai peur de ne pas me réveiller le lendemain à l’heure et aussi d’être trop fatigué.”

matina lundi

J’ai donc  ici décrit sur une feuille cette croyance désormais bien identifiée et j’en ressens déjà un soulagement. Le fait de l’avoir écrit m’a donc fait du bien car j’ai pu mettre cette émotion sur papier. En gros, je me suis déchargé sur une feuille, d’une énergie négative ou sensation oppressante issue de mon émotion lourde et pesante. La méthode est alors à ce niveau déjà bien efficace.

  • Ranger

Maintenant reste à avoir un support qui me permette de ranger cette croyance afin que je puisse m’en rappeler et en prendre conscience quand elle se présentera.

Je vais donc utiliser pour cela un classeur dans lequel je pourrais la ranger mais le mieux serait d’utiliser cette fiche afin qu’elle me soit facilement disponible. Je vais donc utiliser pour cela mon portable et créer cette fiche dans un bloc note ou une page de traitement de texte. Cela me permettra de la voir quand le besoin se fera sentir, afin de pouvoir la gérer et de la conscientiser.

J’ai donc réussi à identifier clairement cette angoisse rédigé sur une fiche afin de l’identifier clairement pour la porter à ma conscience. Ainsi, lorsqu’ elle se représentera, le seul fait de la conscientiser me permettra de libérer une partie de  ma sensation oppressante.

La conscientisation

La conscientisation permet de mettre en lumière une émotion, une croyance. C’est à dire de la discerner clairement et d’en reconnaître ces causes et ses effets. Elle permet ainsi de libérer une certaine énergie qui permettra d’aider à accomplir une action juste en fonction de celle-ci.

Néanmoins, un problème se pose. Bien souvent, une émotion négative agit de façon sournoise à travers l’égo qui n’autorise pas de la conscientisée. L’ égo, qui a besoin de cette énergie pour nous contrôler, va alors entrer en jeu, en utilisant les pensées pour dévier la conscience du problème. Elle refusera ainsi de regarder la douleur procurée par la croyance, en forçant la personne à utiliser des stratagèmes qui la dévieront des son être véritable.

Cette émotion sera alors refoulée au fond de vous, dans un endroit bien caché mais l’ennui est que cela créera une pression qui agira comme une cocotte minute en vous.

Le pire est que même si vous arrivez à la conscientiser, la routine de votre vie fait en sorte que très vite, vous reviendrez à vos occupations, et l’oublierez. Vous vous cacherez derrière des occupations  qui ne vous serviront à rien, sauf à ne plus penser à vos problèmes. Hors ce n’est pas ainsi que vous réussirez à les résoudre pour faire de votre vie, celle que vous avez toujours rêvé.

L’inconscient

Ajoutons à cela l’inconscient, fait d’expériences et de croyances plus ou  moins bonnes de votre passé ancrées au plus profond de vous , qui joue, sans vous rendre compte, un rôle important,  trop souvent perturbateur.

Il faut savoir que l’inconscient est une partie de nous qui enregistre tout les stimulis qu’il perçoit sans que l’on veuille. Il capte les messages de la journée même si l’on ne s’attarde pas dessus et agi alors comme l’hypnose. C’est d’ailleurs en fonction de lui que les publicités sont faites afin de nous vendre des produits. La télé étant le plus bel instrument conçu pour lui puisqu’elle hypnose avec succès chaque jours des milliards de personne. C’est dire son influence sur nos comportements. C’est donc pour cela qu’il est important de choisir les informations que l’on “ingurgite” à longueur de journée.

Il est donc primordial d’en déjouer les stratagèmes erronés, voir mieux, de les prévenir et c’est ce que je vais tenter de faire la prochaine fois dans mon défi.

Trouver un moyen qui permette de rester vigilant afin de discerner mes angoisses et mes peurs avant qu’elles ne créent trop de dégâts dans ma vie.

Je reviendrais donc la semaine prochaine avec une idée tirée du Lean, qui j’espère m’aidera à ne pas refouler mes problèmes.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le commenter et à le partager.

Paul Peixoto Smile

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “5S (2ème partie) – Conscience et inconscience.”

  1. Bonjour Paul,

    Quelle bonne idée de mettre un nom et une forme dessinée sur nos croyances ! Je vais faire ça… Quand le développement personnel devient un jeu, c’est encore plus intéressant.

    Merci pour cet article encore très enrichissant 🙂

    1. Merci Emily

      Et ce n’est pas fin, il reste encore beaucoup de choses à approfondir. C’est pour moi une magnifique aventure que de transposer cette méthode de travail au bien-être.

      A bientôt

      Paul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *