VIDÉO – Comment gérer un conflit lorsqu’on est hypersensible ?

VIDÉO – Comment gérer un conflit lorsqu’on est hypersensible ?

0 Par

 

Bonjour. J’espère que vous allez bien, que vous profitez bien de la vie.

Je suis actuellement en forêt de Brocéliande, en Bretagne. Dans cette magnifique forêt où je me promène autour de l’étang de Paimpont.

Dans cette vidéo, je vais vous expliquer comment gérer une situation conflictuelle lorsqu’on est hypersensible.

En tant quhypersensible, on ressent bien souvent des émotions assez fortes, provenant notamment de personnes fatiguées ou tendues, et ça a justement été le cas il y a quelque temps lors d’un séjour chez des amis.

=> Pour mieux comprendre un hypersensible : comment accepter son hypersensibilité et en faire sa force ?

J’ai senti dès mon arrivée chez la conjointe de mon ami une certaine tension, de la fatigue. Je le ressentais très fortement en moi, je le voyais aussi.

Il y avait quelque chose de pesant, qui me travaillait quand même, qui était là bien présent.

Et le problème persistait, malgré quelques exercices de ressourcement, de recentrage, de relaxation. En gros prendre du recul comme je vous l’explique souvent dans mes vidéos. Et malgré ce travail de lâcher-prise, qui était vraiment important, il est arrivé ce qui est arrivé.

Lors d’un repas, et sur un malentendu, on s’est disputés. Ce fut une petite dispute qui n’est pas allée très loin. Mais je me suis un peu lâché en montant légèrement la voix, pour tout simplement dire ce que j’avais à dire. Bien sûr, tout en restant correct et poli, mais j’ai dit ce que j’avais à dire.

Ne pouvant pas aller plus loin, car j’avais en moi une oppression et j’ai senti qu’on ne pouvait pas avoir une discussion normale, j’ai préféré l’arrêter et quitter la table.
J’avais peur de cette tension et de ces émotions fortes qui tourbillonnaient, ajoutées au mental que j’avais beaucoup de mal à gérer, eh bien j’ai préféré quitter la table pour me recentrer.

J’ai donc regagné ma chambre pour souffler un peu.

Néanmoins, ce qui était étrange, c’est que je n’étais pas réellement en colère envers elle parce que je sentais bien que quelque chose n’allait pas chez elle.
Ainsi, lorsque je prends du recul et que j’analyse ce qui s’est passé, j’observe que nous avons chacun nos propres souffrances et celles-ci étaient justement en résonance l’une avec l’autre.
C’est-à-dire que lorsqu’elle m’a fait sa remarque, elle m’a fortement touché, blessé. Sur le coup, j’ai été surpris d’avoir reçu cette observation, ce qui fait que je n’ai pas pu répondre et lorsqu’elle a insisté, ce qui c’est simplement passé, c’est que j’ai perdu pied.

Ça m’a fait aussi mal, parce que j’avais incorrectement interprété ce qu’elle m’avait dit, à tel point que je n’ai pas bien répondu. Aussi, comme j’avais senti sa souffrance, celle-ci a éventuellement fortement résonné en elle par rapport à mon attitude.
Il y avait en tout cas quelque chose de sous-jacent où, avec le recul, j’ai eu l’impression que tout cela était là pour mettre en lumière nos problèmes.

=> POUR ALLER PLUS LOIN  : l’effet miroir


En fait, il n’y a pas de hasard, cela faisait quelques jours que je pressentais qu’il y allait peut-être avoir un conflit entre nous. On peut penser également que c’est moi qui l’ai préparé inconsciemment. C’est aussi probable, car j’avais besoin que ça sorte.

En tout cas, il fallait peut-être que ça arrive, car après sa force, et c’est quelque chose de vraiment bien, c’est que par la suite elle est venue à ma rencontre pour mettre tranquillement les choses à plat.
Et c’est là-dessus que je voudrais vraiment insister. Cette personne est venue vers moi pour discuter calmement de ce qui s’est passé.
À ce moment-là, il fallait vraiment être dans une écoute particulière et mettre ses émotions de côté, ce qui n’était pas évident.

Néanmoins, j’ai réussi à le faire, car j’étais conscient que c’était mon mental qui me parlait, que je ne devais pas l’écouter et me recentrer sur mon cœur.

Il est vraiment important, lorsque ça va mal, de se recentrer sur son cœur, de souffler, d’avoir une bonne respiration. Mieux encore : il faut s’isoler lorsque ça ne va plus.

Reprenez la conversation ultérieurement en l’exprimant pendant la situation. Chose que je n’ai pas faite et que j’aurais peut-être dû faire.
Mais il est vrai que ce n’est pas évident. On a beau faire des exercices de développement personnel, faire beaucoup de choses sur soi-même pour sa propre évolution, il y a des moments où lorsque ça vous touche profondément, il est alors difficile de les appliquer.

Et c’est là qu’a résidé la force de cette personne, qui a été pour moi une leçon de vie. Néanmoins, je n’ai pas été surpris lorsqu’elle est venue vers moi pour en discuter, car je savais au moins que c’était une personne franche et entière. Et ça m’a vraiment fait du bien.

Mais pour cela, il faut savoir mettre ses pensées, ses conflits, ses croyances de côté, pour pouvoir accueillir vraiment ce que cette personne a à dire, surtout sans jugement, ce qui est vraiment essentiel.

Au-delà de tout ça, n’aurait-il pas mieux valu éviter tout cela ?

En fait, comme je vous l’ai expliqué, je ressentais depuis le début qu’elle était fatiguée et stressée. D’ailleurs, elle m’a avoué par la suite qu’elle avait aussi une manière de parler qui n’était peut-être pas la meilleure. Mais voilà, ce fut plutôt un problème de valeurs, d’interprétation de nos mots qui ont fait que ça a déclenché un conflit.

Cependant si j’avais senti que cette personne avait peut-être quelque chose contre moi, n’aurais-je pas dû aller la voir posément et lui demander tout simplement ce qui n’allait pas ?

=> POUR ALLER PLUS LOIN : comment communiquer efficacement… surtout lorsque l’on est en colère ?

C’est sûrement le tort que j’ai eu de ne pas l’avoir fait. Le problème est qu’étant hypersensible, et très introverti dans ma jeunesse, avec un vécu assez difficile, on a beau être adulte ou avoir un âge mûr, quand vous sentez que c’est vraiment trop fort, c’est très compliqué de le faire.

En plus de cela, je ne la connaissais pas vraiment, voire très peu, ce qui n’arrangeait pas les choses. Ce n’était donc pas évident de faire cette démarche, car j’avais aussi peur qu’elle interprète mal ce que j’allais lui dire.

Ce qui est également souvent le cas, puisque les gens ont du mal à me comprendre. Peut-être aussi parce que je m’explique mal ? Ce n’était donc pas facile.
Néanmoins, je pense que j’aurais dû quand même le faire, même si je n’avais pas trouvé les bons mots, j’aurais dû essayer en reformulant simplement mes propos.

On aurait ainsi pu éviter ce conflit.

Donc, quand vous êtes hypersensible et que vous sentez une tension chez une personne : allez vers elle.

  • Prenez sur vous, prenez du recul. Recentrez-vous sur votre cœur, soufflez.
  • Ayez ainsi une bonne respiration. N’écoutez pas votre mental qui va vous ressasser des expériences traumatisantes du passé.
    Ne restez pas sur cette situation. Préparez vos phrases s’il le faut et allez vers cette personne avec le cœur ouvert, puis parlez-lui.
  • Expliquez-lui, demandez-lui ou posez-lui les questions les plus simples.

Ce n’est pas plus compliqué que ça, la communication est vraiment importante. Même si vous avez peur de ne pas trouver les mots, faites-le. Ayez le courage de le faire. Reformulez alors. Ce n’est pas grave.

Voilà donc comment communiquer lorsqu’on est hypersensible.

Et si vraiment vous n’arrivez pas à empêcher le conflit : arrêtez la conversation si vous n’arrivez plus à trouver vos mots, si vous pensez que ça va mal finir, comme ce le fut pour moi, car ça n’avait plus de sens. Puisque ce n’était plus moi qui parlais, mais plutôt mon mental eh bien ! arrêtez la conversation.

Utilisez la phrase clé : je préfère qu’on arrête maintenant la discussion. Qu’on en reparle plus tard quand je serai plus calme, et quand tu seras aussi plus disposé à m’écouter.

C’est ce que j’aurais dû faire. Je l’ai mal fait, mais la vie c’est aussi ça : des expériences dont il faut savoir tirer des leçons comme je suis en train de le faire actuellement dans cette vidéo, à travers cette balade, seul.

Car ça sert à ça aussi. Elles servent à prendre du recul pour faire le point sur soi, à réfléchir. Mais réfléchir en alliant le mental et le cœur. Les outils de l’épanouissement personnel et le cœur. C’est très important.

Voilà, c’est ce que j’avais envie de vous communiquer. En tout cas, j’espère que cette vidéo vous a plu et qu’elle vous apportera au moins quelque chose.

C’est très important pour moi de pouvoir vous transmettre mon expérience et de vous donner des conseils. Même si je ne les ai pas appliqués comme vous avez pu le voir, mais personne n’est parfait, je ne suis pas un maître spirituel ni un grand maître et même un grand maître n’est pas parfait, mais il essaie de tendre chaque jour vers cet idéal.

=> POUR ALLER PLUS LOIN : comment devenir le maître de sa vie ?

Personne n’est parfait en ce monde et ce qui compte c’est de prendre du recul pour en tirer des leçons afin d’évoluer.

Dans tous les cas, laissez-moi un petit commentaire, car ça m’intéresserait de savoir si vous avez connu des situations similaires.


Laissez-moi aussi un petit pouce bleu sous cette vidéo et abonnez-vous à ma chaîne. Ça me ferait vraiment plaisir et m’apportera du soutien.

Je vous dis à bientôt, portez-vous bien.

Que la paix soit avec vous.

Paul

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •